25 mai 2017

Musée de la préhistoire amérindienne Edgar Clerc

  D'habitude, je rédige plutôt un article sur une exposition en particulier plutôt que sur tout un musée mais aujourd'hui, je vais faire une exception tant celui-ci est petit — et pourtant bien fourni ! Il s'agit donc du musée de la préhistoire amérindienne Edgar Clerc, en Guadeloupe, où je passe actuellement mes vacances et dont un article sera dédié à la fin de celles-ci.


  Pour ceux qui débarquent, je suis passionnée d'anthropologie et y ai consacré la majeure partie de mes études donc, je suis plutôt curieuse quant à savoir qui peuplait les différents endroits où je me rends. De plus, les peuples amérindiens m'ont toujours fasciné part leurs grandes connaissances des cieux, la richesse de leurs cultures et la grandeur de leurs édifices (ceux d'Amérique du Sud, concernant ma petite culture). Du coup, j'ai été ravie de voir dans mon Guide du Routard qu'un musée était dédié aux premiers habitants des îles environnantes.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Les Amérindiens

  La partie essentielle du musée qui se trouve être exposée dans deux salles et nous permet ainsi de couvrir l'essentiel des peuples ayant vécu dans ces îles avant la venue des Européens. De fait, nous avons un échantillons de leurs outils, de leurs ustensiles, des objets rituels ou symboliques... dont de magnifiques pièces comme le collier ci-dessous ou un fin ouvrage de squale sur une dent de requin (je vous laisse donc imaginer la minutie du travail).



  Nous trouvons également des explications quant aux rites funéraires ou une maquette présentant l'organisation d'un village mais nous pouvons nous rendre compte que ces peuples restent énigmatiques et que nombre de suppositions sont faites, notamment grâce aux cultures plus connues alentours ou aux échanges commerciaux qui pouvaient être fait sur le continent.

  Enfin, un intéressant mélange entre les objets présentés et des œuvres de l'artiste Joël Nankin nous est proposé, ce qui est tout à fait rafraichissant.


  ✒︎La période coloniale

  Outre les Amérindiens, une petite partie du musée, entre les deux salles susmentionnées, concerne la période coloniale sur les îles de la Guadeloupe et environnantes. Ainsi, nous apprenons comment se composait une structure "maître-esclaves" à travers des constructions toujours existantes (comme le domaine de la Grivelière que je vous présenterai dans un prochain article) ou via des plans concernant des sites de fouille.
  Nous en apprenons également sur les sites de fouille à même la plage qui ont exhumé de nombreux squelettes, ce qui permet de se rendre compte de l'activité archéologique de l'île.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  En bref, je vous recommande tout à fait ce petit musée gratuit, idéalement à faire en matinée avant de filer sur les plages environnantes !

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Tarifs — Gratuit

★★★★☆
—xoxo

12 mai 2017

Mes lectures du mois (avril 2016)

  Après une longue période d'absence littéraire — coincée avec un bouquin de ma PAL qui ne passe pas du tout ! —, les lectures du mois reviennent et avec trois livres bien différents.
  Vous pourrez retrouver les résumés en cliquant sur les titres.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Fahrenheit 451, Ray Bradbury, Editions Gallimard, coll. Folio science-fiction, 2000

  Ce récit a beau avoir été composé à la moitié du siècle dernier, il est tout à fait d'actualité — mais c'est ce qui caractérise la science-fiction, me diriez-vous. Dans un monde où les pompiers brûlent les livres, vestiges de temps immémoriaux, où les humains (pouvons-nous encore les appeler "Hommes" ?) se gavent d'images et de sons afin de combler leurs journées, il en est un qui, au détour de rencontres va s'émanciper, de gré ou de force.
  Si j'ai eu un petit temps avant de pouvoir entrer dans l'histoire, celle-ci est tellement prenante que j'ai rapidement dévoré la suite. Le rythme est justement dosé, tout en progression et chaque rencontre, chaque personnage nous fait nous interroger sur notre propre perception du monde; de notre monde. Ainsi, je me suis rendue compte que, moi aussi, en un sens, je ne pouvais plus rester dans le silence en-dehors de mes instants de lectures, toujours obligée d'avoir un fond sonore, des images en tête etc., ce qui ne rend pas plus lucide ou intelligent...
  Bref, terriblement utile en ces temps, voir indispensable.
★★★★☆

  Je m'évade, je m'explique, Charles Consigny, Editions Robert Laffont, coll. Mauvais esprit, 2017

  Sûrement que je m'identifie trop à l'auteur, appartenant à la même génération, étant adepte du sarcasme, du cynisme et des étiquettes à se foutre tout en en épousant les contours, à vouloir faire exploser de si confortables cases, à être précocement nostalgique, trop vieux parmi les jeunes et trop jeunes parmi les vieux... mais ce portrait d'une certaine génération dans un pays sclérosé et un parisianisme étouffant — mais étincellent — m'a profondément touché tant il fait écho à ma propre vie et, pourtant, je ne partage pas toutes les idées de Monsieur Consigny, ce qui, pour les réfractaires au personnage un peu tête-à-claques qu'il évoque à certains, peut être rassurant. Evidemment, on retrouve sa pâte dans l'écriture, mais cela rend le tout plaisant. Tout en neutralité, justesse et avec un trait d'esprit certain. J'ai adoré. Mon coup de cœur de ces derniers temps.
★★★★★


  Le Bonheur commence maintenant, Thomas Raphaël, Editions J'ai Lu, 2014

  Ce livre est un peu particulier pour moi. J'en avais débuté la lecture il y a un an maintenant et avais eu beaucoup de mal... ce qui est étrange car il se lit tout seul ! Je n'étais juste pas dans le bon état d'esprit — rupture, tout ça, tout ça.
  Nous suivons les histoires de trois personnages autour de leur vie professionnelle et amoureuse, deux piliers de nos propres vies. Je dois dire que je n'ai pas beaucoup accroché avec la personnalité de la protagoniste principale (il y en a quand même une), Sophie, héroïne d'un premier roman — que je n'ai pas lu. J'ai en revanche adoré suivre Julien même s'il peut sembler un peu caricatural dans le rôle du jeune étudiant gay qui se tape un peu tout et n'importe quoi. Quant à la dernière, Mélanie, cela m'a été un peu inconstant mais globalement plaisant, un peu manichéen par moments, mais rien de bien méchant.
  Un charmant livre pour passer des vacances rafraichissantes, tranquillou bilou.
★★★★☆

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴


VIDEO PROCHAINEMENT

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Encore dans ma PAL :
  • Les Filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons, Emily Blaine, Editions Harlequin, coll. &H, 2017
  • L'Amant, Marguerite Duras, Les Editions de Minuit, 1984
  • Mademoiselle de Maupin, Théophile Gautier, Editions Flammarion, coll. GF Flammarion, 1966
  • La Nuit du Dragon, Norman Lewis, Editions Philippe Picquier, coll. Picquier poche, 2014
  • Les 120 journées de Sodome, Sade, Editions 10/18, 2014
  • De l'amour, Stendhal, Editions Flammarion, coll. GF Flammarion, 2014
∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Les prochains se liront sur la plage ! A bientôt les copains, j'ai un avion qui m'attend incessamment sou peu (ou presque) !

—xoxo

20 avril 2017

"CY Twombly"

  Ce coup-ci, nous allons filer au Centre Pompidou avant qu'il ne soit trop tard pour admirer l'œuvre de CY Twombly, durant les derniers jours de l'exposition qui lui est consacré.

  Le plus intéressant, concernant l'œuvre de Twombly, est de constater que, tout au long de sa production, de grands noms de la mythologie grecque le suive, ne laissant rien au hasard.

  Concernant sa production en qualité de peintre, les détails sont les plus saisissant à noter. Si les tableaux ne vous plaisent alors pas, rapprochez-vous et appropriez-vous des détails de la peinture; les irrégularités, les mouvements, les superpositions de couleurs ne pourront pas vous laisser indifférents.

  Plus la visite se rapproche de notre époque contemporaine, plus les œuvres me semblaient intéressantes dans leur message.

  ∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  De manière complètement subjective, ce n'est pas l'art que je préfère — voilà pourquoi je ne me lance pas dans une analyse de la production en tant que telle —, mais cela reste néanmoins intéressant au fil de la visite.
  Face à certaines œuvres de ce type, j'envisage plutôt la chose d'un aspect décoration, afin d'y trouver une satisfaction esthétique, si le sens ne me parle pas, et ça fonctionne assez.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎CY Twombly, jusqu'au 24 avril 2017 au Centre Pompidou (Paris)
  ✒︎Tarifs

★★★☆☆
—xoxo

"Fantin-Latour — A fleur de peau"

  Cela faisait très longtemps que je ne vous avez pas fait de retour sur une exposition ! Les beaux jours revenants, le désir de bouger, de flâner, de se cultiver revient par la même occasion et c'est ainsi que je vous propose une exposition consacrée au peintre Fantin-Latour au musée de Grenoble.

  Cette exposition m'a été conseillée par ma mère qui souhaitait admirer les fleurs du peintre et c'est donc bien volontiers que je l'ai accompagné. Sur cela, elle aura été quelque peu déçue, les fleurs ne représentant qu'une petite partie de l'œuvre de Fantin-Latour, plutôt présenté comme un spécialiste des portrait de groupe. Toutefois, il y a quand même quelques tableaux remarquables sur cette nature qu'il est possible de voir davantage de l'autre côté de la Manche, chez nos amis anglais.

  La diversité des œuvres proposées est tout à fait intéressante. Outre les tableaux (évidemment), nous pouvons retrouver des photographies, des gravures, on nous met en avant des citations du maître et une reconstitution de son atelier nous est même faite. Aussi, j'ai beaucoup apprécié de voir comment Fantin-Latour a pu travailler sur une toile, "L'Anniversaire", nous montrant tout le processus par lequel nécessite de passer une œuvre.

  Aussi, nous pouvons admirer quelques portraits (de famille ou non) et des auto-portraits, toujours saisissants de réalisme, notamment dans le travail des mains.


  ∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Une exposition qui vaut donc le détour, très agréable à vivre et plutôt intéressante pour connaître davantage cette période du XIXème siècle, autant que le maître Fantin-Latour.
  Par contre, si comme ma mère vous ne souhaitiez voir que ses œuvres florales, prévoyez quelque chose à côté pour ne pas avoir un goût amer vous restant alors qu'objectivement, la finesse de ses travaux est bien là.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Fantin-Latour. A fleur de peau, jusqu'au 18 juin 2017 au Musée de Grenoble
  ✒︎Tarifs

★★★★☆
—xoxo

7 avril 2017

Pourquoi je ne fais plus confiance — Partie 1 : Ces deux regrets de ma vie sentimentale

  J'aurais pu débuter ce feuilleton directement par la cause du problème, mais j'ai préféré le prendre par un autre bout, histoire de ne pas sombrer tout de suite dans le drame ! Ces deux petites parties vont surtout exposer pourquoi j'ai saccagé deux histoires qui auraient pu être sympas à vivre, cas relativement classique suite à des traumatismes de cette nature.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Le Chirurgien

  Pour cette partie de ma vie, il va nous falloir remonter en 2013. Et même un tout petit avant, en décembre 2012, période durant laquelle je fréquentais chastement quelqu'un. Si chastement que je commençais à me sentir inconfortable, si nous pouvons le dire, n'ayant absolument pas l'habitude de cela et m'étant plus ou moins remise de B. — dont nous parlerons dans la prochaine partie. Ne tenant pas plus que ça à communiquer avec lui, au bout de deux ou trois semaines, je commençais déjà une relation parallèle, avec O. qui était parfaitement au courant — et nous aurons également tout le loisir de parler de ce chapitre "parallèle" dans une thématique future.
  O., ou le Chirurgien pour mes amis, me faisait renouer avec tout ce que j'aimais à Paris : des croissants le matin, des brunches le dimanche, des soirées vins et pizzas en regardant Splash : Le Grand Plongeon sur TF1 tout en parlant boulot, clope ou vapoteuse — alors toute fraiche nouveauté hype avant de redescendre aux masses — au bec...! Bref, je me sentais bien, comme si j'avais trouvé ma place et il ne me fallut pas longtemps avant de cesser mon ersatz de relation avec l'autre pour me concentrer sur celui qui m'amusait à être si gauche avec moi, tout chirurgien qu'il fut ! Etait-ce par rapport à la nature même de notre relation ? Je ne souhaitais rien de sérieux (je m'étais plus ou moins remise de B., mais pas sur tous les plans) et mettais quelques barrières, la plus grosse étant "pas d'embrassades !"
  Toujours est-il que les semaines passaient, je montais à Paris dès que j'en avais l'occasion (vivant toujours sur Voiron, à l'époque), nous avions redécoré son appartement selon mes recommandations, j'avais, de manière informelle, rencontré son adorable famille lors d'un dîner... Tout allait bien dans le meilleur des mondes. Jusqu'à sa venue sur Grenoble avec des amis afin d'aider l'un d'eux à s'installer puisqu'il allait exercer sa profession à quelques kilomètres de là.
  Une soirée beaucoup trop arrosée et voilà que je dérogeais à ma propre règle et c'est comme si, en l'embrassant, je changeais les termes du contrat et je commençais à beaucoup trop me prendre la tête avec des questions du type "On ira où comme ça ?" et autres "Je ne peux pas envisager quoi que ce soit, mais je l'aime bien..." comme réflexion. Il fallait y mettre fin, et en beauté, histoire que je ne sois pas tentée de replonger. Je me souviens très bien avoir tout orchestré depuis mon bain chaud, l'exhortant à me bloquer des réseaux sociaux et tout le tintouin; surréaliste.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  H.

  Retour en 2015, cette fois. Je commençais à travailler pour Disneyland depuis quelques semaines et avais rompu d'avec mon dernier copain quelques temps avant de monter sur Serris. Nous aurons également l'occasion de revenir un peu sur lui, mais cette personne avait énormément de mal à se remettre de la séparation et, manque de chance, étant ami avec ma colocataire d'alors, je me sentais étouffer sachant qu'il l'appelait, pleurait, insistait alors que j'étais dans la même pièce. En bref, j'avais besoin d'évasion. Un soir, voulant rire, avec la susmentionnée coloc, nous avons téléchargé l'application Tinder et, au détour d'un profil, j'ai finalement décidé d'aller à la rencontre de ce H. autour des mes pâtisseries préférées.
  En passant les détails, très rapidement je l'ai trouvé intéressant — dans ce qu'il disait, ce qu'il (me) faisait, ce qu'il était... Beaucoup trop rapidement à mon goût et, sentant une angoisse monter, j'ai encore une fois décidé de tout saborder. Le fait était que nous n'avions pas clairement définit notre relation et c'est, je le pense encore, l'une des raisons de mes craintes. Comme je le découvrirai plus tard, j'ai énormément de mal à gérer l'abandon. Ainsi, me basant là-dessus, j'ai tout mis en œuvre pour exercer une insupportable pression aboutissant à la fin de toute relation, tant charnelle qu'amicale. Je savais que j'allais le regretter, je l'ai immédiatement regretté d'ailleurs, expliquant mes changements de tons plus que lunatiques et la relative confusion de cette non-réflexion, mais c'était plus prudent, me concernant. — Stupide ironie, quelques mois plus tard, je développais des sentiments pour une personne qui m'a remis la tête sous l'eau.
  Aujourd'hui, cela fait presque un an que nous avons repris contact et, même si j'ai toujours cette pointe de regret, le fait d'avoir l'impression qu'il me connait depuis toujours et de pouvoir l'embêter avec tous mes petits problèmes me contente suffisamment. Avec lui, j'ai réinventé le concept d'amour courtois. Je suis d'un désuet, parfois !

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Ce que j'en garde comme souvenir et stigmates

  Etant donné qu'il n'y a jamais vraiment eu de point négatif ni dans aucune de ces relations, ni avec aucun de ces deux garçons, je ne peux que garder le positif et c'est ce qui me fait parfois regretter mes choix. Au final, c'est bien la peur de l'abandon plus que le souvenir de B. qui a motiver tout ceci. Si je prenais les devants, tout était différent. Le raisonnement semble lâche ou défaitiste. C'est certain. Encore faut-il savoir évaluer les risques ou avoir de la chance, comme nous le verrons par la suite.
  Au final, j'en garde un bon souvenir et un bon ami.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

VIDEO PROCHAINEMENT

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  La semaine prochaine, préparez-vous à plonger dans des eaux moins sympathiques !

—xoxo

3 avril 2017

Ouverture d'une nouvelle rubrique : A cause des garçons

  Que de nouveaux projets, en ce moment ! Celui-ci est très personnel et j'espère qu'il sera à la fois utile mais surtout, quand ce sera possible — la plupart du temps, rassurez-vous ! —, drôle. Le fait est que j'ai vécu des histoires... particulières, dirons-nous; assez pour que mes amis s'en amusent au fil des années et s'étonnent que ça ne tombe que sur moi, des trucs pareils. Eh bien, nous verrons bien si ça "ne tombe que sur moi", car j'ai décidé de vous les faire partager ce qui nous permettra d'en rire ensemble ou bien d'aider certains à enclencher un processus de réflexion sur quelques sujets. — Et, égoïstement, me permettra d'écrire de manière plus envolée, dans un style qui me manque.

  Autant vous prévenir de suite : à l'écrit, j'essaierai de faire un minimum attention aux mots employés et à la structuration de tout ceci mais, via YouTube, je ne peux rien garantir, la nature de l'oralité reprenant ses droits. De fait, il se peut que certaines histoires soient racontées avec un vocabulaire grossier, voir vulgaire quand coucherie il y aura — éloignez les enfants ! j'ai maintenant 25 ans, nous n'allons pas jouer les prudes pour satisfaire à une audience que je ne vise pas !

  En terme d'écrit, chaque fin d'histoire (ou de "partie", quand il y aura feuilleton, comme le premier) se verra dresser un petit bilan sous forme d'une ou plusieurs interrogations, la principale étant systématiquement : "Ce que j'en garde comme souvenir et comme stigmates" car tout ceci est constitutif d'une partie de qui je suis, comme tout un chacun.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Les quatre prochains articles de cette rubrique seront donc regroupés au sein d'un même feuilleton ayant pour thème "Pourquoi je ne fais plus confiance", ce ne seront pas les plus joyeux — seulement pour les deux du milieu et le dernier sera un bonus drôle, promis ! — mais il faut en passer par là avant toute chose !
  A bientôt !

—xoxo

22 mars 2017

Teaser sur le 25ème anniversaire de Disneyland Paris !

  Ca faisait longtemps qu'on avait pas parlé de Disneyland Paris ici ! Comme la plupart d'entre vous doit le savoir, cette année, Disneyland Paris célèbre son 25ème anniversaire, son petit quart de siècle et bordel qu'on vieillit !
  Mais ce n'est pas tout...

  Pour l'occasion, j'ai décidé de vous faire un vlog spécial afin de vous montrer (un peu, je ne vais pas tout vous spoiler) ce que ça donne. Toutefois, comme je pars en vacances le 30 mars et que les célébrations débutent officiellement le 25, il n'arrivera qu'à la fin du mois d'avril, au plus tôt; en effet, je ne vais pas me presser sur quatre jours à tout faire pour filmer rapido, vous monter tout ça et vous le cracher en bloc, non non non !

  Aussi, je compte vous parler de la nouvelle rencontre possible avec Dark Vador via la création du point Star Port sur lequel je vais travailler, dans cette nouvelle petite zone remasterisée Star Wars avec le nouveau Star Tours (que j'avais déjà fait en Floride et que j'ai pu tester dimanche dernier et qui est fort fort bien) et la nouvelle boutique Star Traders qui est magnifique ! — Vous l'aurez compris, tout ceci m'emballe à fond !

  Mais ce n'est pas tout ! Il y aura vraiment pas mal de chose dans ce vlog spécial... peut-être assez pour en faire deux, au final. Nous verrons bien.

  Du coup, si vous avez des demandes particulières pour que je vous montre plus en détail des événements, des décors ou même si vous avez des questions que je pourrais traiter, n'hésitez pas à m'adresser tout ça. Ce vlog, je le fais pour vous plus que pour moi, puisque je vais baigner dans cet anniversaire un bon moment !

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Sur ce, rendez-vous fin avril ou début mai pour un petit débrief !

—xoxo

7 mars 2017

Pourquoi, mais pourquoi Aliexpress ??!

  POURQUOI ?
  Oui, bon, vous avez saisi. Cette histoire débute l'année dernière (ou celle d'avant, mes souvenirs sont flous), alors que j'ai regardé deux vidéos d'une fille que j'adore — mais ne me demandez pas de qui il s'agit, ça ne représente pas sa personnalité et ce qu'elle fait, à mon sens — nous présenter des produits acheté sur le site Aliexpress; j'avais émis mes réserves par un commentaire, ce que je vais étendre plus largement dans ce billet.
  Si le site ne me dérange pas en soi pour commander des petites bêtises en papeterie, des barrettes ou ce genre de choses, je m'insurge quant au fait d'y commander des produits de contrefaçon.

  ✒︎Du besoin d'avoir tout comme tout le monde, mais vraiment tout le monde ou Merci YouTube et Instagram

  Rien de bien surprenant pour le moment : nous savons tous que les réseaux sociaux, mais plus particulièrement YouTube et Instagram ont changé notre rapport à la consommation encore plus violemment ces dernières années. Si le désir de ressembler à l'Autre, de se sentir intégré à un groupe ne date certainement pas d'hier, les moyens pour se faire non plus. La possession est un moyen d'assurer un statut social, quel qu'il soit.
  De fait, surtout chez les (jeunes ?) filles, la pression qu'exercent, volontairement ou involontairement, les gourous de la beauté et de la mode sur les susmentionnés réseaux est constante. Par les dizaines, voir les centaines de partenariats par an, auxquels s'ajoutent les achats personnels, la cadence est impossible à suivre financièrement parlant pour l'écrasante majorité. La réflection n'est plus là; l'envie est artificielle. "Je suis membre de cette communauté, je veux qu'on me reconnaisse, je dois posséder cette laque à lèvres non commercialisée en France et que je ne peux pas recevoir à moins de payer $50 de frais de port !" Exagéré ? A peine.

  ✒︎Le luxe n'a de sens que s'il est difficilement accessible

  Le luxe n'a aucun sens en soi. Le seul fait qu'il soit difficilement accessible lui en donne. Quel est l'intérêt de vouloir appartenir à un cercle social en usurpant une identité ? car cela est bien le cas : si nous ne pouvons nous permettre de nous payer une pièce de créateur ou les dernières Louboutin de la saison, pourquoi faire croire à d'autres personnes le pouvant que nous sommes catégoriellement égaux socialement parlant ? Les apparences comptent-elles à ce point ? Si ces personnes vous intéressent, essayez de leur plaire par votre personnalité, pas par quelque chose qui se rapporterait au pathos de votre manque d'assurance — pas de fatalité, ça se travaille !

  Pour ma part, je m'autorise une vraie pièce de luxe de temps en temps, histoire d'être fière d'avoir pu mettre de côté pour pouvoir me l'offrir. En voilà, une vraie satisfaction et voilà également pourquoi ça m'agace prodigieusement quand des personnes préfèrent la piètre qualité juste pour être reconnues. Si votre budget est moindre, les vidredressing.com et autres vestiairecollective.com sont fait pour vous si vous n'arrivez pas à vous contenter de jolies pièces moins onéreuses. Mais cessez Aliexpress, c'est aussi irrespectueux envers les petites mains qui œuvrent à l'élaboration de ces pièces.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Une petite parenthèse pour spécifier que tout ce qui semble représenter un budget (vernis à 15€, rouge à lèvre à 20€, palette de fards à paupière à 50€ etc.) est aussi à classer dans ce luxe, même s'il ne s'agit que de Kat Von D ou de M.A.C, par exemple. Tout ce qui n'est pas nécessaire mais qui vous fait baver parce qu'il vous le faut, comme vos gourous de la beauté, sans pouvoir vous le permettre est luxueux. Le luxe n'est pas nécessaire, par essence.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎La dangerosité des produits

  Deux types de produits dangereux : l'électronique et consorts ainsi que les produits de beauté.
  Pour les premiers, ça me semble évident : risque d'inflammation, surchauffe, destruction de batterie etc. etc.
  Pour les derniers, mesdemoiselles et mesdames, ce n'est pas parce qu'un rouge à lèvres tient durant la journée ou que les pigments sont vibrants que le produit est synonyme de qualité ! Mettez-vous ça dans le crâne. Ces produits sont opaques, qui sait sur quoi ils ont été testés et comment.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  De fait, les excuses du type "Attention ! je ne cautionne pas la contrefaçon, je voulais juste comparer" alors qu'on en est à sa dix-septième commande ou encore "C'est pour vous que j'ai fait le test" alors que son blog ne contient qu'une dizaine d'articles et répertorie vingt vues dont quinze de maman et de la meilleure amie, c'est bien mignon, mais personne n'est dupe.
  Le besoin de consommer est trop fort et globalement néfaste, que ce soit pour l'estime de soi, la santé ou, plus largement, pour l'emploi.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Un plaidoyer qui me brûlait les doigts depuis un long moment, qui ne servira potentiellement à rien à cause de la société dans laquelle nous évoluons actuellement mais je devais asseoir mes positions sur la question.

—xoxo

7 février 2017

Promenade dans Bairro Alto et journée shopping dans Baixa et Rossio ?

  Le séjour avançant, je voulais faire un peu de shopping et pris la décision de filer sur les quartiers de la Baixa et du Rossio afin de joindre l'utile à l'agréable en visitant ces coins.

  Il est plutôt agréable de s'y perdre, mais attention à vous, ça grimpe ! de fait, on a toujours un joli point de vue sur le reste de la ville, notamment le château Saint-Georges, c'est très agréable. Si vous avez de petites jambes ou une grande flemme, vous pouvez prendre l'ascenseur de Santa Justa, à deux pas du métro afin de regagner la partie haute du Bairro Alto.
  Le lieu vaut le détour pour ses rues et les façades colorées qu'on peut toujours trouver. En empruntant l'ascenseur, vous arriverez sur une exceptionnelle terrasse avec une sublime vue et un sympathique bar.

  L'endroit est très vivant mais pas si étouffant grâce à de grandes artères piétonnes flanquées de restaurants et autres pâtisseries. Niveau shopping, je dois bien avoué que je n'ai rien trouvé de fou à ramener — en fait, j'ai bêtement acheté quelques trucs chez Tally Weijl, rien de très typique.
  Peu importe, j'ai bien flâné et profité des grandes places.

  Jusqu'à maintenant, j'ai globalement trouvé la ville calme et, même si ces quartiers sont beaucoup fréquentés, le fait que les espaces soient grandement dégagés font que cette sensation perdure plus ou moins.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Bientôt la fin du séjour... La belle Sintra approche !

—xoxo