23 juillet 2017

Le marketing des thés dits "detox" et alternatives

  Avec le retour de l'été, nos Youtubeuses bôtay préférées, à la faveur de leurs partenariats, nous ressortent tout le blabla des thés dits detox. Seulement voilà, si certaines mettent surtout en avant le goût, d'autres continuent de penser que ça joue réellement sur la silhouette. Du coup, qu'en est-il ?

  Je vais ici me baser principalement (exclusivement, en fait) sur les produits de la gamme Fittea de la marque Fitvia, puisque ce sont les plus populaires. Aussi, je vais, pour chaque produit, vous conseiller des alternatives de bien meilleure qualité et à des prix largement plus abordables.

  Vous l'aurez compris, il y a deux problèmes qui sautent aux yeux concernant ces "thés" : la qualité qui est tout à fait discutable — sachant que plus le thé est broyé, moins bonne est sa qualité — et les prix qui sont, à mon sens, scandaleux.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Avant de nous lancer dans les produits, il serait bon de faire un rappel simple : tous les thés sont détoxifiants, absolument tous. Après, certains vont avoir des caractéristiques qui leur seront propres, ce que nous allons voir.
  Déjà, comme nous le présente efficacement l'ouvrage Thé, Histoire, terroirs, saveurs de la Maison Camélia Sinensis (Editions de l'Homme, 2009) :

"De façon générale, une consommation régulière de thé réduirait les risques de maladies coronariennes; favoriserait le renforcement des parois vasculaires tout en augmentant l'élasticité des vaisseaux sanguins; ralentirait l'assimilation des sucres et des graisses; contrôlerait l'hypertension; et préviendrait l'intoxication alimentaire."
  Nous lisant également quelques vertus attribuées au thé, comme suit :

  • Il soutient le système cardiaque;
  • Il active la circulation du sang dans l'organisme;
  • Il favorise la désintoxication et l'élimination des toxines;
  • Il combat l'hypertension;
  • Il diminue la fatigue;
  • Il ralentit le processus de vieillissement;
  • Il aide à prévenir certains types de cancers;
  • Il favorise la digestion;
  • Il diminue le cholestérol;
  • Il équilibre la température du corps;
  • Il renforce le système immunitaire;
  • Il stimule la concentration, etc.
  Autant dire la majeure partie de ce que Fittea et ses petits copains vous promettent allègrement.
  Maintenant, si vous avez des besoins spécifiques ou recherchez certaines propriétés, je pense qu'il serait simple de vous résumer cela :

  • Thé vert : Possède une plus grande quantité de polyphénols que les autres (ce qui favorise le resserrement fibrillaire des tissus vivants, prévenants les risques de cancer, de maladies inflammatoires, cardiovasculaires ou neurodégénératives). Il maintient éveillé intellectuellement grâce au fer, aux vitamines et aux catéchines qu'il contient.
  • Thé noir : Stimulant physique.
  • Thé blanc : Rafraîchissant, il équilibre les excès de chaleur et est donc particulièrement utilisé par les femmes souffrants des affres de la ménopause.
  • Oolong : En grande consommation (au moins huit grammes par jour, sachant qu'une dose de thé pour une tasse se mesure entre 2,5 et 5 grammes en fonction des types), il aurait des propriétés amaigrissantes. Egalement relaxant, anti-stress, voir euphorisant.
  • Pu Er : Régule le transit, facilite la digestion, ayant des vertus anti-cholestérol avec une consommation soutenue allant de deux à trois tasses par jour.
  Voyez que vous avez déjà une bonne base, une indication claire de ce dont vous auriez besoin, avant même de vous diriger vers ces marques qui profitent de la tendance "fit" et "healthy".


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Maintenant que nous avons vu ce qu'est le thé, tournons-nous vers ce que nous promet Fittea. Quand nous sommes sur leur site, ces petits malins savent de suite marquer le public cible — en même temps, vous me direz que c'est leur job —, à savoir des jeunes femmes pas forcément bien dans leur peau, plutôt influençables et sensible à la surconsommation.


  Alors, déjà, pour atteindre cette fameuse "silhouette de rêve", nous nous trouvons tout de même devant l'injonction de suivre leur fameux "plan alimentaire" en sus, ce qui implique une consommation supplémentaire, nous renvoyant bien à tout le business derrière cette gamme de thé qui n'a rien de miraculeux, le tout devant être combiné à d'intenses phases sportives, puisqu'ils nous conseillent "au moins 3-4 fois par semaines" de bouger nos fesses (si ce n'est plus, donc), là où deux jours de sport intensif par semaine suffit.
  Concernant le "sentiment de ballonnement" qui disparaît, pas besoin de nous l'enrober d'adverbe pour nous faire croire à la grande efficacité du produit; encore une fois : c'est une propriété commune à tous les thés.
  Enfin, on nous parle de la qualité "exceptionnelle" des produits, mais il est impossible de savoir sur le site de quels jardins proviennent les plantes, d'à quelle saison ont-elles été récoltées ni rien. Sachant qu'il n'y a pas de boutique physique pour pouvoir se renseigner (contrairement à une vraie maison de thé), je trouve ça extrêmement limite — toutefois, si vous avez les informations qu'il me manque, n'hésitez pas à m'en faire part.

  Nous l'aurons compris : l'emphase déployée par le vocabulaire choisi, l'abondance d'adverbes et de points d'exclamations pour nous rendre le tout plus excitant ne font que cacher davantage quelque chose d'opaque. Un pur vent marketing. Le pire, c'est que ça fonctionne...

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Penchons-nous à présent sur les produits, directement en reprenant leurs fiches sur le site de Fittea. Sans surprise, la plupart ne sont même pas du thé, simplement des infusions avec, pourtant, la mention "Tea" dans leur petit nom... ou comment tromper le consommateur négligeant.
  Les propositions que je vais vous faire en substitut proviennent principalement de deux maisons connues pour leur qualité : le Palais des Thés, véritable référence en la matière, mais aussi Dammann Frères, mon petit chouchou chic. Je vais également vous indiquer les prix, pour que vous vous rendiez compte de l'absurdité de la chose.
  Enfin, quelques-uns des thés proposés ont fait l'objet d'une critique plus ou moins brève sur le blog, ce que je ne manquerai pas de vous indiquer.

  ✒︎Pure Night Detox Tea 24,90€/100g


  Pour commencer, et ça apparaîtra sous tous les produits, les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement, donc ce n'est que du blabla de markéteux pour vous toucher, d'autant que nous pouvons relever beaucoup de termes renvoyant à la subjectivité des individus ("[...]une sensation de bien-être particulière avec notre Pure Night Detox Tea.", "Le Pure Night Detox Tea vous aidera à rester hydraté pendant votre sommeil.")
  Ensuite, quand nous tombons sur la compo... surprise ! Aucun thé n'est présent ! Il s'agit donc d'une infusion; le consommateur se fait avoir sur le produit qui se trouve être donc extrêmement cher pour de simples plantes (déjà que son prix rejoint l'entrée en haute-gamme des grands crus du thé).

  A titre indicatif :



  ✒︎Superfruit Detox Tea 24,90€/100g
  

  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Concernant la perte du poids, je m'interroge quant au choix d'un Gunpowder par rapport à un Oolong, plus indiqué comme nous l'avons vu précédemment — notons que la qualité doit être pire que médiocre, au demeurant, puisqu'il n'est absolument pas reconnaissable dans ces brisures végétales... rappelons que le Gunpowder se caractérise par ses feuilles roulées... et non broyées !
  Aussi, n'oublions qu'un amincissement se noterait avec une consommation allant au-delà de huit grammes de Oolong, sachant qu'une dose de thé pour une tasse se mesure entre 2,5 et 5 grammes en fonction des types, il faudrait alors consommer entre deux et quatre tasses alors que Fittea ne préconise qu'une dose au matin.
  La sélection se fait tantôt fraîche, tantôt fruitée, gardant cet aspect fruité. Pour des Oolong (plus indiqués, donc), se reporter au "Body Detox Tea".

  A titre indicatif :



  ✒︎Tropical Detox Tea 24,90€/100g


   Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Je réitère ce qui vient d'être écrit concernant l'aspect amincissant.
  Encore une fois, il ne s'agit pas de thé, mais d'un rooibos. Il y a deux ans, j'avais déjà pu écrire dans un article ces lignes : "Les néophytes doivent savoir que ce que l'Occident appèle "thé rouge" en désignant le rooibos n'est pas du thé, c'est absolument faux; il s'agit là d'un buisson d'Afrique du Sud et il conviendrait donc d'appeler cela une infusion. Ce n'est pas parce que ça devient à la mode qu'il faut se laisser aller à l'imprécision."

  A titre indicatif :



  ✒︎Body Detox Tea 24,90€/100g


  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Une nouvelle fois : le Oolong reste le plus indiqué pour sa capacité à "brûler les graisses" mais encore faut-il en consommer plus d'une fois par jour, contrairement à ce que prescrit Fittea.
  Sur un plan purement interrogatif, je me demande personnellement pourquoi y avoir incorporé du riz soufflé que nous retrouvons habituellement avec des thés japonais (sencha), composant le genmaicha avec du riz grillé... Ca me donne une impression de fourre-tout histoire de faire un peu "fancy", un peu m'as-tu-vu.

  A titre indicatif :



  ✒︎Inner Beauty Tea 9,90€/100g


  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Il n'y a pas grand chose à en dire; toutes les infusions proposent des ingrédients similaires, à vous de voir ce que vous préférez, les infusions (ah oui, ce n'est toujours pas du thé) n'étant pas vraiment mon truc.

  ✒︎Protection Tea 9,90€/100g


  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Il n'y a pas grand chose à en dire; toutes les infusions proposent des ingrédients similaires, à vous de voir ce que vous préférez, les infusions (ah oui, ce n'est toujours pas du thé) n'étant pas vraiment mon truc. — C'est pratique, ça me fait faire du copier-coller !

  ✒︎L'Açaï+ Tea 9,90€/100g


  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Alors là, accrochez-vous bien : trois essences de thés !! le plus concentré qu'ils proposent ! Nous passerons outre le fait que tous les thés contiennent de la "caféine" car celui-ci semble être à un prix raisonnable contrairement aux autres pour ce qu'il peut offrir.

  A titre indicatif :

  ✒︎Love Tea 9,90€/100g


  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Le thé n'est pas reconnu comme étant un aphrodisiaque en tant que tel... Ils s'emballent par leur utilisation du chocolat et du piment, ingrédients plutôt charnels dans les Sex Shop d'ici ou là. Enfin, pour celui-ci aussi, agréable surprise de trouver trois essences de thé, même si l'utilisation du jasmin me pose question... Le prix reste plus ou moins correct, même si je doute de la qualité du produit thé. Je serais presque tentée de le goûter, voir ce que ça donne, étant plutôt critique sur les thés au chocolat.

  A titre indicatif :



  ✒︎Charity Chai Tea 9,90€/100g


  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Il n'y a pas grand chose à en dire, il ne s'agit toujours pas de thé et je vous en propose un que j'ai adoré, étant pourtant extrêmement réticente à la cannelle.

  A titre indicatif :



  ✒︎Recover Tea 9,90€/100g


  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Pour ce "recover" (qui n'est toujours pas un thé), vous pouvez tout à fait vous tourner vers le Touareg de Dammann Frères (voir Pure Night Detox Tea) ou d'autres infusions qui proposent très souvent les mêmes compositions (la menthe et la mélisse étant grandement employées).

  ✒︎True Happiness Tea 9,90€/100g



  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Tous les thés aux fruits rouges seront indiqués, je vous en ai fait une large sélection tout au long de cet article.

  A titre indicatif :


  ✒︎Inner Balance Tea 9,90€/100g


  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Il n'y a pas grand chose à en dire; toutes les infusions proposent des ingrédients similaires, à vous de voir ce que vous préférez, les infusions (ah oui, ce n'est toujours pas du thé) n'étant pas vraiment mon truc. — C'est pratique, ça me fait faire du copier-coller de copier-coller !

  ✒︎Matcha 21,90€/30g


  Rappel : les bienfaits qu'ils promettent sont inhérents à tous les thés, plus ou moins fortement.
  Je pense qu'il s'agit là du produit qui cherche le moins à vous arnaquer (après, tout dépend évidemment de se qualité), le prix restant correct pour un matcha. Je m'interroge toutefois sur la température de son eau qui nous est indiqué devant être à 80°C, là où j'ai toujours vu entre 70°C et 75°C, ce que je vous recommande plutôt pour être sûr d'avoir une bonne eau.

  A titre indicatif :

  Pour résumer, sur un total de treize produits, seulement six sont des thés alors qu'ils en portent tous le nom. Sur ce seul aspect, nous devrions nous poser des questions, mais cela ne semble pas choquer grand monde.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

VIDEO A VENIR

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Vous avez maintenant les cartes en main; libre à vous de céder au marketing, ou à la qualité.

  ✒︎Ouvrages

  • L'ABCdaire du Thé, Kitti Cha Sangmanee, Catherine Donzel, Stéphane Melchior-Durand, Alain Stella, Mariage Frères, Editions Flammarion, 1996
  • Thé, Histoire terroirs saveurs, Préface de François Chartier, Maison de thé Camellia Sinensis, Les Editions de l'Homme, 2009
  • Thé, Rituels et bienfaits, Christine Datner, photographies de Sophie Boussahba, Editions Flammarion, 2008

  ✒︎Youtubeurs de référence


  ✒︎Maisons de thé citées

—xoxo

11 juillet 2017

Pourquoi je ne fais plus confiance — Partie 2 : B.

  Premier traumatisme. BIM ! On entre directement dans le sujet, sans ménagement, comme ça puisque cette histoire aura été aussi fulgurante.

Designed by B.

  Tout commença en 2011, alors que je planchais sur un travail de groupe pour un cours d'anthropologie, sur lequel mon groupe avait décidé de bosser sur la représentation de la communauté asiatique dans le pays. De fait, nous exploitions, entre autres, un site communautaire afin de réaliser quelques enquêtes. C'est ainsi que je fis la connaissance de B. et c'est assez rapidement que j'ai cessé de le considérer comme "matière de travail", tellement nous parlions de choses et d'autres — il faut dire que mon improbable intérêt quant aux Philippines, pays natal du gars, a permis de tisser des liens. Aussi, après un petit temps, il était clairement établi que nous étions en couple, avant même que nous ne nous soyons vus moi étant toujours sur Voiron et lui sur Paris.
  Le jour de ma venue, je le trouvais toujours aussi drôle, intéressant et pouvais constater en personne de sa prestance qui lui conférait un certain charisme. Je ne saurais comment le dire, mais il me fascinait. Et ce n'était pas notre petit écart d'âge de six ans, j'avais déjà fréquenté (bien) plus vieux, du haut de mes dix-neuf ans.
  Tout allait bien dans le meilleur des mondes, jusqu'à ce que je lui dise qu'un pote était passé me voir, pote que j'avais charnellement fréquenté (notez cette sublime parabole pour rester politiquement correcte pour les sensibles yeux parentaux — arrêtez de lire ça, d'ailleurs, ça m'oblige à me censurer !). Ni une, ni deux, il décida de me quitter, comme ça. Premier choc. Je ne pensais pas être aussi accro après seulement un mois de réelle relation, mais c'était bien le cas : j'étais amoureuse. Alors, en bon cliché de l'amoureuse en mal de tout, pensant ne plus pouvoir le reconquérir ou je ne sais quoi, il me fallait passer par un changement immédiat ! Des ciseaux ? Parfait ! en pleurs, je disais adieu à mes longs cheveux. Et ai réussi à le ravoir tout de même.
  Deuxième round guère plus long. Après s'être fréquentés officiellement comme plan cul — et ça fait toujours plaisir quand on décide pour toi que tu en seras un, mais je n'en avais rien à faire, j'étais toujours à lui et ne me suis jamais autant sentie désirée (enfin, si, mais là, c'était mon cas également, ce qui change tout) —, il décida une nouvelle fois de mettre un terme à notre relation. Juste avant mes vacances à l'autre bout du globe, alors autant vous dire qu'elles ont passablement été gâchées.
  A mon retour de l'Ouest américain, une troisième chance m'était offerte. Je décidais ainsi de tout mettre de mon côté en prenant en compte ses remarques, sortant les talons et les tenues peu confortables. Si vous aviez vu la fierté dans son regard lorsqu'il a remarqué qu'on ne faisait que nous regarder... risible, mais à vomir, maintenant que j'y repense. Toujours est-il que ce n'était pas suffisant une fois que je me lançais à prononcer ces trois sales mots à haute voix. Pourquoi ? Je n'en savais rien. Je n'étais pas son ex, je n'étais pas philippine, j'étais trop jeune ? Ce ne sera pas la dernière option, quoi qu'il en eût dit, ma remplaçante (désormais, sa femme) étant du même millésime.
  En décembre, il fut sur le point de changer une nouvelle fois d'avis avant de s'envoler pour les Philippines, me redonnant beaucoup trop d'espoir après des semaines d'enfer à ne plus m'alimenter, la faim n'étant pas là et pleurer quasiment en non-stop le soir — génial. Sauf que, de retour, j'appris, après quelques temps qu'il s'était trouvé quelqu'un sur place. Coup final. Rideau.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Comment ai-je vécu cette histoire mais surtout, cette séparation ?

  Pas superbement bien.
  Merci, bonsoir.
  En y repensant, beaucoup de choses m'ont été reprochées et j'ai été stupide de m'accrocher autant à quelqu'un qui n'acceptait clairement pas qui j'étais. Au final, la seule chose pour laquelle je me sentais légitime, c'était le sexe, ce qu'il m'a limite confirmé à demi-mots; ça fait toujours plaisir...
  Etant donné qu'il s'agissait pour moi de ma première relation sérieuse, de mon premier amour, ça a été extrêmement difficile. D'autant plus que mes troubles du comportement alimentaire se sont amplifiés suite à la dernière rupture, j'en suis venue à peser un peu moins de 45kg pour 1m64 soit une perte d'une dizaine de kilos en même pas deux mois.

Juste avant de reprendre un peu de poids, fin décembre 2011.
Je portais presque du 38 en jeans avant octobre et le 34 était même trop grand pour moi à ce moment.

  La seule chose qui a maintenu ma tête hors de l'eau a été mon job de l'époque, bien que ce fut difficile les premiers temps, mais il tombait à point nommé.
  Je n'en parlais pas, que ce soit à ma famille ou à mes amis; tout le monde pouvait voir que ça n'allait absolument pas, mais ils ont tous respecté mon silence. Je ne sais pas si dans ce cas, j'aurais dû m'ouvrir davantage, je pense que chacun gère une séparation comme il le peut.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Ce que j'en garde comme souvenir et comme stigmates

  Très honnêtement, j'ai beau vouloir me raccrocher à tout le positif possible, je n'y arrive pas. Le fait est que, même six ans après, je reste très marquée par ces volte-faces, ou encore la manière dont je dois être perçue au sein de mon couple (ce petit trophée à exposer au monde).
  D'avoir subi trois ruptures dans la même année par la même personne ne m'a pas vraiment aidé à faire confiance aux autres, ce qui explique le fait que je prenne la fuite (mais avec fracas) lorsque je sens que je peux m'attacher; une sorte d'auto-défense préventive totalement débile, que je n'ai laissé tomber qu'une seule fois... pour mieux souffrir derrière ! — Quand je vous dis que j'ai du mal à rester positive sur ce coup. Bon, après, j'ai été stupide, aussi, de m'accrocher autant en voyant la catastrophe que ça a été mais que voulez-vous ? On est très con, quand on est amoureux.
  Pour le côté "femme-trophée", je ne me suis vraiment rendue compte du mal que ça pouvait me causer qu'en 2015, alors que H. me reprochait presque de n'être pas suffisamment simple. Et il est vrai que lorsque je suis en couple, je me sens comme obligée de "mieux" m'habiller, de porter systématiquement des talons hauts, d'être constamment maquillée etc. alors que, vraiment, vous me verriez en-dehors du travail, vous constateriez aisément que je n'en ai strictement rien à faire. Seulement voilà : B. m'a profondément marqué là-dessus par ses reproches et, le fait de me souvenir à quel point il avait pu être fier qu'on ne fasse que me regarder lorsque j'ai pris en considération ses remarques, pour lui faire plaisir, ça m'a comme reformaté en quelque chose d'absolument anti-naturel. Qu'on se comprenne bien : j'adore bien m'habiller, être tirée à quatre épingles et tout le tintouin, mais vraiment pas tout le temps et, à moins de sortir, j'aimais bien, avant lui, trainer avec mon mec en sneakers, avec mes cheveux en bataille parce que, franchement, c'est moi qu'il est sensé apprécier et non mes articles de luxe et mes rouges à lèvres... — Et là, raisonne la claque du "Je suis quelqu'un de simple" prise de H., comme si je ne l'étais pas; la prise de conscience bien tardive.

  Résultats : une confiance en l'Autre durablement détruite, ma personnalité réelle atone une fois en couple pendant bien des années — parce que, ça y est, ça a officiellement changé, victoire ! —, la sale idée de n'être qu'un objet sexuel pour chacun de mes copains qui ont suivi et en maxi bonus, plus d'orgasme depuis lors ! Ah oui, parce que j'ai pu découvrir qu'il me fallait de profonds sentiments pour que cette petite chose puisse se produire, ce qui fait qu'à part quatre seules fois où ça a presque pu être le cas, au bout de quatre et cinq ans, ça n'a même pas pu se concrétiser puisque je me suis barrée pour le premier et ai été quittée pour le deuxième, comme vous le verrez. Vraiment, rien de positif au tableau.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Ce même jour où j'ai eu l'idée de retranscrire mes aventures "sentimentales" (le 2 avril 2017), j'ai pu remarquer, au détour d'un clic sur facebook dans la rubrique "Ce jour-là", que B. avait ôté le voile sur mon propre profil... Un peu plus tard, ça a été le choc de constater qu'il regardait plusieurs de mes stories sur mon compte Instagram... Etranges sentiments, allant du "Non mais WHAAAAT!??" au "C'est une blague sadique ?", en passant par "J'suis pas un pédé, bordel ! J'ai pas mal !" — Ndlr : le terme de "pédé" est ici employé très, mais alors là, très ironiquement; il s'agit d'une incantation instauré au sein d'un petit groupe d'anciennes collègues pour se redonner du courage après une année 2016 bien bien bien pourrie niveau sentimental. Merci de votre compréhension. Salut.


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

VIDEO A VENIR

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Une première histoire qui donne une bonne vision de ce que peut être "le premier amour" pour la plupart de l'humanité, je pense. Rien que de très classique, ai-je envie de dire. Une première souffrance constructrice, fondatrice de ce qu'on fera de notre vie sentimentale par la suite et qui, selon les personnes, sera par contre très différent; mais nous verrons ça par la suite.

—xoxo

4 juillet 2017

Vacances guadeloupéennes

  Ca y est ! De retour depuis un moment, je prends enfin le temps de vous retranscrire mon escapade guadeloupéenne de dix jours.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Plage de la Grande Anse

  Le lendemain de mon arrivée, nous avons convenu d'une journée tranquille, synonyme de farniente sur la plage. Ainsi, nous avons posé nos serviettes sur la plage de la Grande Anse qui porte son nom à merveille. Si l'instinct grégaire pousse les gens à se coller les uns aux autres, il fut très très (mais alors très) facile de trouver un emplacement plus au calme afin de profiter au mieux du soleil et de l'eau.
  Une première journée parfaite, avec une eau excellente et un paysage sublime.



  ✒︎Cascade aux écrevisses

  En rentrant, nous avons fait un arrêt à la cascade aux écrevisses, ce qui fut mon premier contact avec la forêt tropicale que j'appréciais immédiatement tant elle est magnifique.


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Port Louis


  A Port Louis, nous avons, outre un déjeuner avec vue sur l'eau turquoise et une baignade rafraichissante, vaillamment arpenté le littoral avant de rebrousser chemin à cause de l'accablante chaleur. De base, nous devions visiter la mangrove, ce que nous fîmes, et c'était irréel.


  Sur le départ, nous nous sommes arrêtés au cimetière afin de nous rendre compte d'une coutume locale : des baignoires figurants les sépultures.


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Capesterre-Belle-Eau

  La première marche à travers la forêt fut pour regagner des sources d'eau douce. Les marches nous permettant de rejoindre ladite forêt sont très raides, alors faites attention ! En tout cas, cela vaut le coup car le paysage est d'une sérénité !... quand il n'est pas pollué par de gros beaufs beuglants et ayant si peu de savoir vivre et de respect qu'ils sont prêt à vous pousser pour faire des bombes en plongeant dans une eau d'une clarté... Vraiment dommage pour nous. Un peu en amont, se trouve une petite cascade, avec beaucoup de végétation autour. Le cadre est charmant et l'eau grouille de petits poissons, certain étant partiellement turquoise ou vert vif et vous aurez peut-être la chance de voir des écrevisses d'une quinzaine de centimètres, se cachant alors que de plus petites sont bien présentes sur les cailloux.


  ✒︎Chute du Carbet

  Suite à de gros dommages causés par les ouragans, l'accès aux chutes du Carbet est impossible à pied; nous dûmes ainsi nous contenter d'en contempler une, au loin, mais l'effet reste présent. Il est facile de s'imaginer la grandeur et la force de cette chute, visible dans un cadre tout à fait charmant.


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Ascension de la Soufrière

  Après ce micro entraînement que fut Capesterre-Belle-Eau, les choses sérieuses pouvaient commencer avec l'attaque du chemin des Dames pour regagner le sommet de la Soufrière, le volcan de la Guadeloupe.
  Avant de pratiquer ce "chemin", il faut d'abord traverser la forêt, somptueuse et calme, malgré la fréquentation que nous y trouvons.


  Passé ce cap, nous nous retrouvons sur un vaste plateau, départ de diverses randonnées possibles. Nos parents ayant déjà tenté l'ascension l'année précédente, ils nous ont averti du possible mauvais temps qui nous ferait rebrousser chemin, la pluie tombant à l'horizontale... des promeneurs nous ayant confirmé qu'il pleuvait, j'eus peur de ne pouvoir voir ce volcan mais, la chance ayant été avec nous, point de pluie et nous pûmes, avant de grimper, admirer son pic — la chance se trouvait confirmé par un guide racontant à ses clients qu'en plus de deux-cents ascensions, il n'avait pu grimper par beau temps que quatre fois...


  Au fur et à mesure de notre avancée, nous pouvions admirer des merveilles de la nature, une blle végétation, mais surtout, des décors presque primaires lorsque nous tombons sur une faille.


  Après un temps considérable, le sommet ! Enfin ! Et il vaut largement la peine que vous pourrez vous donner (ce que tous les promeneurs que vous aurez croisé sur votre route vous auront dit). La fraicheur fait un bien fou, due au vent plutôt fort, l'odeur de souffre est à peine perceptible (du moins, ce fut le cas pour nous) et les fumerolles se dégageant, tout comme la chaleur des pierres vous indiquent que le volcan est bel et bien en activité.


  Rassurez-vous, la descente est plus facile que la montée, malgré des pentes plutôt raides.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Pointe des Châteaux

  Le lendemain, nous optâmes pour une journée plus calme, à admirer les poissons tropicaux aux alentours de la pointe des Châteaux et je ne fus nullement déçue, ça grouillait de beautés colorées !


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎La Grivelière

  Pour atteindre le domaine de la Grivelière, il en faut, du courage ! Non, rien de bien comparable à la Soufrière, mais il vous faudra emprunter une route de montagne si étroite qu'un seul véhicule à la fois peut y rouler, Klaxon en éveil. Mais une fois arrivés, vous verrez que ça vaut le coup !


  Ce jardin créole, se parcourant avec un guide, est tout à fait charmant. Nous y avons appris foultitude de choses sur les végétaux présents (caféiers, cacaotiers, goyaviers, bananiers etc.), avons pu admirer une faune intéressante et avons beaucoup ri avec une guide purement géniale.


  La Grivelière va bientôt pouvoir accueillir de nouveau des personnes au sein de gîtes, ce qui sera parfait pour tous ceux qui recherchent la paix. En effet, ne cherchez pas de réseau là-bas, rien d'autre que le bruit de l'eau et des oiseaux ne passe, dans un écrin de verdure à couper le souffle. Si, à la base, le domaine était un monastère, ce n'est pas pour rien !


  Finalement, à l'issu du tour d'une bonne heure qu'on ne sent pas passer, une dégustation du café récolté dans le jardin (l'un des meilleurs au monde, en terme de qualité) vous est proposé ou, si vous n'êtes pas amateurs, on vous offrira un jus de goyave ou, pour les plus chanceux, si la récolte a pu être bonne, un chocolat chaud.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴


  Je ne vais pas m'étaler outre mesure, j'ai déjà pu consacrer un article à cet intéressant petit musée, si vous voulez en savoir davantage sur les premiers habitants de ces îles.


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Plage de la Caravelle

  Dernière plage du séjour, un peu carte postale : les palmiers sont littéralement dans l'eau. Contrairement aux autres, plutôt tranquilles, celle-ci était assez peuplée, représentant le seul point quelque peu négatif, si l'on peut dire — n'oublions pas qu'il s'agit là de la plage reliée au Club Med du coin, ceci expliquant cela.


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Bien entendu, le dépaysement ne serait pas complet sans une faune et une flore inhabituelle à nos yeux. J'ai personnellement été enchantée de ces contemplations, que je vous livre sans plus de commentaire.

  ✒︎La faune



  ✒︎La flore


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  J'espère vous avoir fait rêver de voyages et suis curieuse de connaître vos destinations et de savoir ce que vous comptez y faire ou, si vous êtes déjà revenus, ce qui vous a marqué.
  A bientôt !

—xoxo

1 juillet 2017

Qu'est-ce que c'est que ce truc ?? — Ma seule lecture du mois (juin 2017)

  Ce mois-ci, il ne s'agira que d'une seule petite lecture... tant elle fut laborieuse !



∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Les Filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons, Emily Blaine, Editions Harlequin, coll. &H, 2017

  Une purge. Il n'y a pas d'autres mots. C'est à se demander qui cette "auteur" connait personnellement pour réussir à se faire publier, tant c'est mauvais. Et il ne s'agit pas là d'un ouvrage unique, oh que non ! C'est qu'elle en a moult au compteur, la bougresse !
  Pour vous la faire rapide : les personnages sont au-delà de la caricature, aucun n'est attachant ou un minimum crédible; les situations sont beaucoup trop abruptes, on ne peut y croire, ne serait-ce que deux lignes, tout tombe à plat, tout est trop exalté, exagéré; beaucoup de répétitions; des dialogues écrits avec les pieds, qui ne passeraient absolument pas dans la vie réelle... Bref, on dirait une rédaction de lycéenne en mal d'amour qui essaie de retranscrire ses fantasmes sans rien avoir connu de la vie. Et encore ! Vous me trouvez difficile ? méchante ? Eh bien, ayant entre autre fait des études de lettres et ayant toujours été dans le top de toutes mes classes (si ce n'est première jusqu'à la fac) en ce qui concerne la production littéraire, je pense être un minimum légitime et suis prête à vous fournir un aperçu de mon propre travail.
  Vous l'aurez compris, malgré le fait que j'aime bien ne pas réfléchir durant l'été, afin de plus profiter des sensations du soleil sur ma peau plutôt que celles de la poésie des mots, là, c'était intenable, j'en suis ressortie plus énervée qu'autre chose — mais j'aurais dû lire les titres de ses autres bouquins, j'aurais compris plus rapidement...! A fuir.
★☆☆☆☆

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Encore dans ma PAL :
  • Mademoiselle de Maupin, Théophile Gautier, Editions Flammarion, coll. GF Flammarion, 1966
  • Les 120 journées de Sodome, Sade, Editions 10/18, 2014
  • De l'amour, Stendhal, Editions Flammarion, coll. GF Flammarion, 2014
∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Donnez-moi la force pour la suite ! ayez pitié ! Non, sérieusement, j'espère vous retrouver en juillet avec de meilleures propositions.

—xoxo

13 juin 2017

D'un ailleurs à un autre — Mes lectures du mois (mai 2017)

  De retour de Guadeloupe, je vous fait part des mes lectures du mois... faisant écho à mon prochain gros voyage ! En effet, nous allons nous envoler pour le Vietnam en 2018, je vais vous perdre en jetlag !


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  L'Amant, Marguerite Duras, Les Editions de Minuit, 1984

  Cela fait des années que j'avais envie de le lire, et c'est enfin chose faite ! Si le récit peu sembler un peu fouillis, passant d'un souvenir à un autre, d'une idée à une autre, d'un continent à un autre, je me suis assez reconnue dans le style d'écriture et n'ai donc pas été gênée par cela.
  Les personnages sont ici extrêmes (dans leur folie, dans leurs émotions, leurs sentiments, leurs colères), ce qui nous plonge dans un univers particulier, un peu irréel, nous dépeignant une famille cassée, dysfonctionnelle, qui pourtant, s'aime (du moins trois membres sur les quatre). Ainsi, la Duras adolescente se voit (et se veut) dépasser tout cet univers, s'émanciper de son environnement et prendre le dessus sur une vie qu'elle ne veut pas subir, que ce soit face aux projets scolaires que nourrit sa mère pour elle, les codes vestimentaires de la société etc. L'amant est donc une prise de pouvoir, un choix impulsif d'adolescente prête à s'affirmer plus qu'un désir purement charnel; il est la première pierre de son édifice de liberté.
  Si vous n'êtes pas un minimum familier avec la littérature, je ne vous recommanderais pas spécialement cette œuvre qui présente plusieurs niveaux de lecture. En revanche, si vous êtes à fond dans un délire d'affirmation de vous-même ou de contemplation retrospective de votre vie, il est tout à fait indiqué.
★★★★☆

  La Nuit du Dragon, Norman Lewis, Editions Philippe Picquier, coll. Picquier poche, 2014

  Ce carnet de voyage se lit plutôt facilement grâce aux petites touches d'humour çà et là, donc il devrait satisfaire le plus large public qui ne se sentira pas trop "oppressé" par de longs passages anthropologiques, ethnologiques ou purement descriptifs. Les personnes présentent confinent presque aux personnages tant certaines réactions ou certains dialogues semblent improbables — toutefois, n'oublions pas que ce voyage se déroule dans les années 50 alors autre temps, autres mœurs.
  Les descriptions de lieux, de monuments ou de situations sont très bien rendues, c'est ainsi plaisant et cela nous permet une projection facile dans cette Indochine en mutation dans laquelle tout n'est pas noir ou blanc malgré les résidus de la colonisation et la guerre pour toile de fond.
  Je ne peux trop en dire sur ce livre, il est préférable que vous le découvriez et, si vous n'avez jamais ouvert un carnet de voyage, celui-ci est très bon. Le genre est intéressant, que ce soit pour découvrir des lieux, des cultures ou tout simplement se laisser emporter à la rêverie, il compte parmi mes favoris, alors n'hésitez pas !
★★★★☆

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Encore dans ma PAL :
  • Les Filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons, Emily Blaine, Editions Harlequin, coll. &H, 2017
  • Mademoiselle de Maupin, Théophile Gautier, Editions Flammarion, coll. GF Flammarion, 1966
  • Les 120 journées de Sodome, Sade, Editions 10/18, 2014
  • De l'amour, Stendhal, Editions Flammarion, coll. GF Flammarion, 2014
∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Après ces ailleurs, il est temps de se remettre à fond dans le travail...
—xoxo

"Ross Lovegrove, Convergences"

  Cela fait déjà un bon moment — pour ne pas dire deux mois — que j'ai pu vivre cette exposition, le même jour que celle consacrée à CY Twombly et, sincèrement, elle vaut le détour !


  Bon, certes, ne bookez pas toute votre journée pour ça, l'expo est courte et se fait assez rapidement mais, au détour d'un après-midi de flânerie, vous passerez un bon moment.

  D'une part plutôt évidente, les objets présentés sont esthétiquement beaux. Les designs sont épurés, nets, propres mais ne sont pas cliniques pour autant. Le choix des matériaux ou des couleurs — comme sur cet improbable concept car pour Renault — contrecarre le piège de l'aseptisation dans lequel bon nombre de gens tombe, confinant à l'impersonnel le plus outrancier.


  D'autre part, toute le travail de réflexion est tout à fait intéressant mais là, je ne vous laisserais découvrir cela part vous-mêmes.


  En tout cas, comme pour Philippe Starck, vous avez forcément rencontré ce designer dans votre vie, tant ces créations sont vastes, allant du mobilier à la maison intelligente, du vélo à la voiture, de l'escalier aux produits de beauté Kiko — oui oui oui.


∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  Il vous reste quelques semaines afin de (re)découvrir ce grand nom qu'est Lovegrove, alors n'hésitez plus : foncez !

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Ross Lovegrove, Convergences, jusqu'au 3 juillet 2017 au Centre Pompidou (Paris)
  ✒︎Tarifs

★★★★★
—xoxo

25 mai 2017

Musée de la préhistoire amérindienne Edgar Clerc

  D'habitude, je rédige plutôt un article sur une exposition en particulier plutôt que sur tout un musée mais aujourd'hui, je vais faire une exception tant celui-ci est petit — et pourtant bien fourni ! Il s'agit donc du musée de la préhistoire amérindienne Edgar Clerc, en Guadeloupe, où je passe actuellement mes vacances et dont un article sera dédié à la fin de celles-ci.


  Pour ceux qui débarquent, je suis passionnée d'anthropologie et y ai consacré la majeure partie de mes études donc, je suis plutôt curieuse quant à savoir qui peuplait les différents endroits où je me rends. De plus, les peuples amérindiens m'ont toujours fasciné part leurs grandes connaissances des cieux, la richesse de leurs cultures et la grandeur de leurs édifices (ceux d'Amérique du Sud, concernant ma petite culture). Du coup, j'ai été ravie de voir dans mon Guide du Routard qu'un musée était dédié aux premiers habitants des îles environnantes.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Les Amérindiens

  La partie essentielle du musée qui se trouve être exposée dans deux salles et nous permet ainsi de couvrir l'essentiel des peuples ayant vécu dans ces îles avant la venue des Européens. De fait, nous avons un échantillons de leurs outils, de leurs ustensiles, des objets rituels ou symboliques... dont de magnifiques pièces comme le collier ci-dessous ou un fin ouvrage de squale sur une dent de requin (je vous laisse donc imaginer la minutie du travail).



  Nous trouvons également des explications quant aux rites funéraires ou une maquette présentant l'organisation d'un village mais nous pouvons nous rendre compte que ces peuples restent énigmatiques et que nombre de suppositions sont faites, notamment grâce aux cultures plus connues alentours ou aux échanges commerciaux qui pouvaient être fait sur le continent.

  Enfin, un intéressant mélange entre les objets présentés et des œuvres de l'artiste Joël Nankin nous est proposé, ce qui est tout à fait rafraichissant.


  ✒︎La période coloniale

  Outre les Amérindiens, une petite partie du musée, entre les deux salles susmentionnées, concerne la période coloniale sur les îles de la Guadeloupe et environnantes. Ainsi, nous apprenons comment se composait une structure "maître-esclaves" à travers des constructions toujours existantes (comme le domaine de la Grivelière que je vous présenterai dans un prochain article) ou via des plans concernant des sites de fouille.
  Nous en apprenons également sur les sites de fouille à même la plage qui ont exhumé de nombreux squelettes, ce qui permet de se rendre compte de l'activité archéologique de l'île.

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  En bref, je vous recommande tout à fait ce petit musée gratuit, idéalement à faire en matinée avant de filer sur les plages environnantes !

∴ ⟐ ∵ ⟐ ∴

  ✒︎Tarifs — Gratuit

★★★★☆
—xoxo